Comme à l’accoutumé, chaque année l’institut français du Maroc (IFM) accompagne ce grand moment de spiritualité annuel qu’est le Ramadan, avec son évènement musical culte « Les nuits du Ramadan ».
Né à El Jadida en 2007 et étendu au réseau de l’IFM du Maroc depuis 2012, l’évènement qui rassemble chaque année plus de 21.000 personnes, réunit des musiciens venant de différents horizons, qui tournent de ville en ville et se croisent au gré des concerts. 

Les Nuits du Ramadan de l’IFM 2019 auront lieu du 9 au 14 mai dans 12 villes du Royaume, avec pas moins de 19 concerts à Agadir, Casablanca, El Jadida, Essaouira, Fès, Kénitra, Marrakech, Meknès, Oujda, Rabat, Tanger et Tétouan. Une édition assez particulière qui propose une programmation ouverte à toutes les sonorités du monde à savoir le reggae, gnawa, fusion, rythmes capverdiens et fanfare et bikutsi.

Lors de la conférence de presse, tenue ce jeudi 2 avril à l’IF de Casablanca, la DG de l’Institut français du Maroc, Clélia Chevrier Kolačko et Anne-Marie Thuillier, DG de l’Institut français d’El Jadida ont présenté le programme de la 13ème édition des Nuits du Ramadan ainsi que les artistes qui y participeront.

Les têtes d’affiche de ces Nuits du Ramadan sont, l’étoile montante Elida Almeida, chanteuse-compositrice et auteure Cap-verdienne lauréate du Prix découverte 2015. L’incontournable duo Aziz Sahmaoui et Hassan Boussou, le talentueux Djam très connu pour son morceau à succès « H’chich ou pois chiche »Lornoar une des grandes voix de la chanson camerounaise ainsi que la festive Fanfare Couche-Tard.

Les Nuits du Ramadan en détail

La chanteuse Cap-verdienne Elida Almeida présentera lors de ses Nuits du Ramadan un album haut en couleur. Croisant musiques et inspirations diverses, ses chansons explorent les traditions de l’archipel sahélien, qui fut un lieu de passage pour les marins désireux de relier les deux rives de l’Atlantique. Elida fera donc naviguer le public entre balades nostalgiques et l’énergie des rythmes du batuque, du funanà, de la coladera ou de la tabanka. Elle se produira à Casablanca le vendredi 10 mai, le 11 mai à Rabat et àAgadir le 14 mai.

Le duo Aziz Sahmaoui/Hassan Boussou, quant à lui, se réunira sur scène pour revisiter la musique Gnawa, porte-drapeau de la cuture marocaine dans la Word Music. Une fusion de rythmes et mélodies d’Afrique qui raconte le voyage de la musique à travers le temps et l’espace. Le duo se produira à Fès le vendredi 10 mai, Meknès le 11 mai, Essaouira le 12 mai et Agadir le 14 mai,

Ahmed Djamil Ghouli alias Djam, auteur compositeur et interprète algérien, proposera un concert très marqué par les influences africaines et reggae qui lui sont chères. Cet artiste libre et engagé sera entouré d’une équipe de musiciens talentueuse pour faire vibrer le public sur des rythmes des plus entraînants. Il jouera au théâtre Afifi d’El Jadida le samedi 11 mai à 22h30.

Pour la chanteuse camerounaise Lornoar, elle offrira aux habitués (et non habitué) des Nuits du Ramadan, un magnifique voyage à travers sa culture et sa musique qui va du bikutsi à la bossa nova en passant par le reggae. Ses textes forts et actuels sont chantés en Eton, sa langue maternelle (Centre Cameroun). Ils décrivent les violences faites aux femmes, l’intolérance, l’amour ou encore l’abandon et la jalousie. Elle se produira à Tanger le 3 mai, Kénitra le 10 mai, Casablanca le 11 mai, Marrakech le 12 mai,

Enfin, la Fanfare Couche-Tard nus entrainera dans un concert peuplé de rires, de danses et d’humour. Le groupe, passionné par des musiques allant de la Bretagne à la Turquie et profondément influencé par les mouvements électroniques, a développé un style personnel et fédérateur. Des rythmiques solides et dansantes côtoient des thèmes musicaux variés. Un florilège d’émotions garanti, dimanche 12 mai au théâtre Afifi d’El Jadida, à Oujda le 10 mai et Fès le 11 mai.

Michel Terrier

 

X